Redeemer University - Christian university changes everything. Starting with you.          
Skip Navigation Links
News
Entertainment
Marketplace
Directories
Faith
Church
Mission
Education
Connections
Family
International
Help
Seeking God?
 

Visit this room to find out more about God

De gothique à Chrétienne
Roz était sur la pente descendante du crime. Seul un miracle pouvait la ramener dans le droit chemin.

Elle s’habillait dans l’intention d’intimider les gens. Elle s'enveloppait de noir de la tête aux pieds. Une moitié de son crâne était rasée, et ce qui lui restait de sa chevelure, teinte en noir, était composé de dreadlocks. Elle portait de grosses bagues sur ses gants noirs et des pendants d'oreilles en forme de crâne.

Roz, as she would have appeared while she was a Goth.

Des boucles en forme de crâne étaient fixées à ses bottes qui lui arrivaient à mi-mollet. Une lourde ceinture en cuir sur laquelle étaient fixées des balles de fusil de 8 cm de long entourait lâchement sa taille et accentuait sa silhouette élancée. Un fard à lèvres et du vernis à ongles noir complétaient son apparence.

Roz avait adopté le style gothique. Un soir, elle s'est rendue à une boîte de nuit avec des amis. Ils voulaient qu'on les remarque. Ils criaient des obscénités et provoquaient les passants. En proférant des jurons, Roz frappa la voiture d'un couple et fit semblant de se jeter sur le capot, mais le couple n'eut aucun mouvement de recul ni ne montra sa peur.

«Quelque chose dans leurs yeux m'a stupéfiée», se rappelle Roz. Les passagers ont calmement soutenu son regard à travers le pare-brise en attendant que le feu de circulation passe au vert. Leur regard a transpercé le coeur de Roz qui, ébranlée, a détourné les yeux. La voiture traversa l'intersection puis s'éloigna, mais ce moment demeure ancré dans la mémoire de Roz.

Rébellion et crime

Roz a eu une enfance malheureuse. Elle a été victime de négligence, d'hostilité et d'abus. Elle souhaitait être aimée et acceptée, et c'est par des comportements malsains qu'elle chercha à y parvenir.

Roz, modelling.

«Je ne me cachais pas que j'étais cleptomane et dissipée», se souvient-elle. «J'étais une inadaptée sociale: j'avais des problèmes à l'école et avec la police.» À 15 ans, elle s'est enfuie de la ferme de ses parents, en Australie. À Melbourne, elle est entrée en contact avec des connaissances du mouvement gothique et s'est jointe à eux.

Roz a été «gothique» pendant quatre ans, mais après cette fameuse soirée, elle a remis sa vie en question. La belle adolescente a travaillé comme mannequin et gérante de boutique, mais elle a également commis des vols. Ses amis étaient des cambrioleurs, et beaucoup d'entre eux se prostituaient. Ils organisaient de folles soirées de consommation excessive de drogues. Un garçon avec qui elle sortait s'est pendu. Qu'est-ce que je fais? Qui sont ces gens? s'est-elle demandé. «Ça allait trop loin» conclut-elle maintenant. «J'étais devenue trop inquiétante, même pour moi!»

Puis, un collègue de travail l'a mise au défi: «Je me demande de quoi tu aurais l'air avec de la couleur.» C'est comme si le sort avait été conjuré. Après s'être coupé les cheveux et en avoir changé la couleur, elle se présenta au travail le lendemain, portant une blouse de couleur crème. Ses amis gothiques étaient perplexes. Roz ne faisait plus partie de leur cercle.

Comment a-t-elle pu changer si abruptement? «Je suis certaine que c'est à cause de ma tante qui priait pour moi,» dit-elle. Sa tante Maureen, qui vivait à Melbourne, a toujours fait part de son amour pour Dieu à sa nièce. «Elle répondait patiemment aux questions que je lui posais sur la foi et prenait le temps de m'accompagner. Personne n'avait fait cela pour moi.»

Trajectoire de collision

Devenue hors-la-loi, Roz a quitté Melbourne, mais elle a continué de vivre dans la criminalité. «La police m'a embarquée, et cette fois-ci je savais que je courais à ma perte», raconte-t-elle. Tandis qu'elle regardait la salle du tribunal remplie d'individus peu recommandables, elle se rappela les enseignements de sa tante. Les larmes aux yeux, elle supplia: «Dieu, si tu me sors de ce pétrin, je te servirai.»

«Si vous me laissez retourner à Melbourne, je changerai de vie», a déclaré Roz au juge.

Le juge a regardé la jeune femme pour ce qui lui a semblé une éternité. «Je ne sais pas pourquoi je fais cela», a-t-il enfin dit, «mais je vous accorde une probation.»

Roz in her Goth garb.

Roz a tenu parole. Elle est retournée à Melbourne et a appelé sa tante Maureen, qui est venue la chercher en voiture.

Ce jour-là, quelque chose d'extraordinaire s'est produit», affirme Roz. «J'ai senti qu'une terrible menace s'était éloignée de moi. J'ai su tout de suite que je devais quitter l'Australie pour m'en aller là où je pourrais refaire ma vie.»

Une nouvelle vie

Cela s'est produit vers la fin de 1989. Un an plus tard, Roz est arrivée au Canada. Avant son départ, elle avait noté le nom d'une organisation chrétienne (Kenneth Copeland Ministries ou KCM) en lisant des documents chez sa tante. C'était la seule ressource canadienne qu'elle connaissait. Elle a donc communiqué avec cette organisation. Un employé du bureau de KCM à Vancouver est venu chercher Roz à l'aéroport et l'a emmenée à l'église.

Roz n'avait jamais assisté à un service du culte dans une église, et elle en a été très impressionnée. Pour la première fois de sa vie, elle a senti la présence de Dieu. Après le service, on lui a offert le gîte et le couvert, et le pasteur l'a invitée à s'inscrire à l'école biblique. «J'étais au plus bas, puis j'ai rapidement remonté la pente, juste comme ça!», lance-t-elle.

En fréquentant un groupe de jeunes de l'église, Roz a fait la connaissance de Carsten Schwarm. Ils sont tombés amoureux l'un de l'autre, puis ils se sont mariés en Allemagne, en 1991. «Avant d'épouser Carsten, je lui ai révélé mon passé criminel», précise Roz.

Cependant, le ministère de l'Immigration devait valider leur mariage. La vérification des empreintes digitales de Roz devait s'effectuer par l'entremise des autorités australiennes. Elle était inquiète, mais finalement le relevé portait la mention «Sans dossier criminel».

Rosalie Schwarm at Lighthouse church in Waterdown, Ontario.

Ce fut un miracle au-delà de toute compréhension. «Pour moi, c'est parce que j'ai fait confiance à Dieu et que j'ai dit la vérité», explique-t-elle. «Dans la Bible, Dieu dit: «Je ne sois pas effrayé, car je suis avec toi; ne sois pas angoissé, car moi je suis ton Dieu» (Ésaïe 41:10). Ce passage m'a donné des forces. A ceux qui ne le connaissent pas encore, Dieu promet de renouveler toute chose. Il a renouvelé mon âme, m'a libérée de mon lourd passé et m'a procuré une nouvelle vie.»

Une question de grâce

Aujourd'hui, Roz (maintenant appelée Rosalie) est co-fondatrice de l'église Lighthouse à Waterdown, en Ontario, dont son mari est pasteur. Rosalie voyage à travers le monde pour donner des conférences auprès de groupes de femmes et de jeunes, au cours desquelles elle parle sereinement de son ancienne vie.

«J'ai prié Dieu et lui ai demandé pourquoi il m'avait sauvée», poursuit Rosalie. «En plus de ma tante, je pense maintenant que les gens dans la voiture étaient aussi des chrétiens qui ont prié pour moi le soir où je les ai provoqués, en me rendant à la boîte de nuit.

Un jour, Rosalie a demandé à son fils, Josh: «Sais-tu ce qu'est la grâce?»

«Je crois que oui», a répondu le garçon de huit ans. «Tu te souviens que tu menais une mauvaise vie, et qu'ensuite tu es devenue bonne à cause de Jésus? Maintenant que tu es bonne, tu fais connaître Jésus à d'autres personnes qui mènent une mauvaise vie, ce qui leur permet de devenir bons à leur tour. C'est cela, la grâce.» 

Article publié dans Foi & Vie, Octobre 2008.

 

 
 
 
 

Advertisers

  • Redeemer University - Christian university changes everything. Starting with you.

Visit our Marketplace

Support the EFC ministry by using our Amazon links